La crise liée au COVID-19 démontre que la Belgique doit encore davantage se digitaliser

La crise liée au COVID-19 démontre que la Belgique doit encore davantage se digitaliser

Passer des appels vidéo avec des collègues, skyper avec ses grands-parents ou regarder des films sur YouTube sont autant de services technologiques pour rendre son quotidien de confiné agréable. Ils permettent aussi de se sentir utile et de se maintenir occupés. Dimanche prochain, le 17 mai, la Journée mondiale des télécommunications aura lieu. Une journée pour réfléchir à l'importance de l'Internet pour la société et l'économie. Si la crise liée au COVID-19 avait éclaté il y a dix ans, la vie en quarantaine aurait été beaucoup moins aisée. Cependant le coronavirus nous confronte aussi à certains faits : malgré les nombreux investissements en faveur des réseaux effectués ces dernières années, la Belgique peut et doit encore davantage se digitaliser. 

Micha Berger, directeur de la technologie Telenet

Ces dernières semaines, je me suis demandé à plusieurs reprises ce qu'aurait été notre quotidien de confiné il y a dix ans ?  Aurions-nous été plus isolés en 2010 ? Je suis sûr que la réponse aurait été positive. Aujourd'hui, internet est quasiment le seul moyen pour nous permettre de travailler, de se divertir, de faire des achats et de rester en contact avec sa famille, ses amis, ses camarades de classe, ses collègues et ses clients. Régulièrement, nous nous réunissons par voie électronique comme si nous n'avions jamais rien connu d'autre. Nous consommons des quantités massives de news online et nous essayons de briser la solitude de nos grands-parents dans les centres de soins résidentiels grâce à un appel vidéo quotidien. De nombreux petits commerçants et entreprises locales qui ont dû fermer leurs portes cherchent des moyens originaux pour vendre leurs produits en ligne et les faire livrer à domicile afin de survivre. Il y a dix ans, cela aurait été impensable. Les dommages financiers et psychologiques auraient été bien plus importants. 

Pour rappel, cela fait seulement près de 10 ans que le smartphone est devenu vraiment populaire, que les réseaux sociaux comme Facebook et l’application WhatsApp ont été créés. Il y a dix ans, nous n'avions guère entendu parler de Netflix en Europe. Sans parler des outils de collaboration en ligne tels que Zoom, Hangouts et Slack, qui permettent de continuer à travailler de chez soi comme si de rien n'était. Et avouons-le : ça marche !

La crise liée au coronavirus démontre que le secteur technologique belge a déjà enclenché une véritable révolution digitale au cours de la dernière décennie. Nous en récoltons aujourd'hui les fruits. Il y a six ans, Telenet a investi un demi-milliard d'euros dans "les grands travaux du réseau" afin de doubler la largeur des bandes passantes. Cela nous a permis de faire passer le débit d’internet de 100 mégabits par seconde à 1 gigabit par seconde en dix ans. Nous avons également investi 250 millions d'euros dans notre réseau mobile et amélioré considérablement la couverture WIFI de notre réseau ces trois dernières années. Sans ces investissements, les familles et les entreprises auraient dû réduire considérablement leur consommation de données et d'internet. Jusque maintenant, tout va bien.

Mais la crise démontre aussi clairement que, en tant que pays, nous avons encore un long chemin à parcourir en matière de digitalisation. Regardez comment le personnel soignant utilise une tablette pour se déplacer de pièce en pièce afin de permettre aux résidents de parler à ses enfants et petits-enfants. Ou comment les enseignants doivent improviser leurs cours pour enseigner aux élèves de nouvelles matières en dehors de la classe ou pour passer des examens à la maison. Cependant pourquoi, par exemple, les experts médicaux ne peuvent-ils pas faire livrer des kits de test à toutes les familles afin de déterminer digitalement qui est et qui n'est pas infecté et ce, par commune? Cela permettrait de lutter plus rapidement et plus efficacement contre les pandémies qui pourraient avoir lieu à l'avenir. La technologie peut et doit jouer un rôle plus important. Les technologies existent mais elles doivent être encore plus développées pour donner naissance à de nouveaux procédés, services et produits. 

Les virologues et autres experts affirment qu'il n'est pas improbable que nous devions faire face à de nouveaux virus et autres lockdowns à l'avenir. Pour l'instant, nous voyons surtout beaucoup de trafic sur le réseau fixe parce que nous devons rester chez nous. Chaque secteur construit des solutions ad hoc à la hâte afin de pouvoir faire face à une crise soudaine via le réseau. Il faudra que cela change à l'avenir. Sur base de l'expérience de cette crise économique et sociale sans précédent, décrivons les défis technologiques des 2 à 3 prochaines années pour chaque secteur. Veillons également à ce que la prochaine fois, nous devions improviser de manière moins ponctuelle et que nous ne considérions plus le digital comme une deuxième norme théorique, mais comme une norme pratique sur laquelle nous pouvons compter immédiatement. Peut-être que lors du prochain lockdown, nous serons heureux de disposer d'un excellent réseau mobile avec la 5G, les médecins pourraient ainsi effectuer leurs diagnostics à distance afin que les consultations non-urgentes puissent se poursuivre ou que la réalité virtuelle et la technologie en temps réel offrant un faible taux de latence puissent percer. 

Je suis convaincu que nous nous sentirons encore mieux si nous prenons ces mesures technologiques indispensables et si nous y investissons. Non seulement d’un point de vue économique mais aussi psychologique. A qui est-ce que les barbecues avec les collègues, la famille et les voisins ne manquent pas? Convenons que lors d’un prochain éventuel lockdown, nous puissions les organiser dans la réalité virtuelle temporairement. 

En tant que pays et secteur, nous avons vraiment appris quelque chose des défis sociétaux de la crise liée au Covid-19. Comme beaucoup l'ont déjà dit, ce n'est qu'en temps de crise que les gens deviennent plus créatifs. Préparons-nous dès maintenant à relever le prochain défi.

Talks blog
A propos de Telenet Group SA

À propos de Telenet –En tant que fournisseur belge de services de divertissement et de télécommunications, Telenet Group est constamment à la recherche de l'excellence pour ses clients au sein du monde numérique. Sous la marque Telenet, l’entreprise fournit des services de télévision numérique, d'Internet à haut débit et de téléphonies fixe et mobile, destinés au segment résidentiel en Flandre et à Bruxelles.

Telenet Group offre également des services de téléphonie mobile sous la marque BASE à l’échelle de la Belgique. Le département Telenet Business propose quant à lui des solutions de connectivité, d’hébergement et de sécurité aux marchés professionnels belge et luxembourgeois. Plus de 3.000 collaborateurs ont un objectif commun: rendre la vie et le travail plus facile et plus agréable.

Telenet Group fait partie de Telenet Group Holding SA et est coté sur Euronext Bruxelles sous le symbole boursier TNET. Pour plus d’informations, visitez www.telenet.be. Liberty Global - l'une des entreprises leaders au niveau mondial de la vidéo convergente, de l’Internet haut débit et de la communication, innovant et donnant les moyens à ses clients dans six pays européens de tirer le meilleur parti de la révolution numérique - détient une participation directe de 57,9% des actions de Telenet Group Holding SA/NV (hors actions propres détenues de temps à autre par cette dernière).

Base nesroom: press.base.be/fr

Telenet Group SA
Liersesteenweg 4
2800 Mechelen