Résultats financiers 2016

Jeudi 16 février 2017

  • Solide envol de « WIGO », notre offre quad play attrayante et novatrice, depuis son lancement fin juin 2016, avec déjà 150.000 abonnés à la fin du 4e trimestre 2016.
  • Prévisions 2016 réalisées grâce à une performance solide sur le plan opérationnel et financier sur l'ensemble de nos produits.
  • La mise en e de notre Vision 2020 nous permettra d'atteindre une croissance financière rentable en 2017 et au-delà, avec comme objectif une croissance annuelle composée (CAGR) de l’Adjusted EBITDA(a) de 5-7% sur la période 2015-2018.

Bruxelles, 16 février 2017 – Telenet Group Holding SA ('Telenet' ou la 'Société') (Euronext Bruxelles: TNET) publie ses
résultats consolidés (non audités) pour l'exercice se terminant le 31 décembre 2016. Les résultats sont conformes aux
International Financial Reporting Standards tels qu’approuvés par l’Union européenne (‘EU IFRS’).


FAITS MARQUANTS
• Le lancement de notre premier produit convergent tout-en-un « WIGO » fin juin 2016 est un succès, avec un peu plus de 150.000 abonnés « WIGO » au 31 décembre 2016 et une pénétration du « quad play » qui s’étend à 23% des abonnés au câble.


• L'intégration de BASE est en bonne voie, avec un peu plus de 500 sites macro convertis aux dernières technologies et près de 38.000 clients MVNO migrés vers notre réseau nouvellement acquis à la fin janvier 2017, si bien que nous sommes sur les rails pour réaliser les 220,0 millions € de synergies prévus d’ici 2020.


• Dans le segment mobile, nous avons enregistré au 4e trimestre 2016 une solide croissance nette du nombre d’abonnés en postpayé (+33.100) pour atteindre un peu plus de 2,1 millions d'abonnés en postpayé. Ce résultat net était grâce à l’effet d’entraînement de notre offre « WIGO », contrebalancée en partie par un recul chez BASE et une rude concurrence.

• Les revenus(2) ont atteint 2.429,1 millions € en 2016, soit une hausse de 33% en glissement annuel sur une base rapportée. Pour l’ensemble de l’année 2016, nous avons atteint, sur une base remaniée, une croissance de 3% des produits, avec une solide croissance oscillant autour des 5% pour nos activités dans le secteur du câble, contrebalancée en partie par des pressions concurrentielles et réglementaires persistantes sur nos activités mobiles acquises. 621,3 millions € de produits au 4e trimestre 2016, soit une hausse, en glissement annuel, de 3% sur une base rapportée et de 2% sur une base remaniée.


• Bénéfice net de 41,6 millions € en 2016, contre 175,7 millions € en 2015, soit une diminution de 76%. Le bénéfice net pour l'ensemble de l'année 2016 a été impacté par l'augmentation de l’EBITDA ajusté, comme indiqué ciaprès, ainsi que par une perte sur extinction de dette de 45,7 millions € suite à certains refinancements et une réduction de valeur de 31,0 millions d'euros sur un investissement sur dans une entité mises en equivalence.


• Adjusted EBITDA(3) de 1.117,1 millions € en 2016, soit une hausse en glissement annuel de 18% et de 3% sur une base remaniée. L'Adjusted EBITDA pour 2016 et pour 2015 comprenait des bénéfices de 6,0 millions € et 7,6 millions € respectivement, liés au règlement de certaines contingences d'exploitation. La croissance de l’Adjusted EBITDA a été soutenue principalement par (i) des synergies poussées résultant de l'acquisition de BASE, (ii) une diminution des coûts d'intégration et de transformation au 4e trimestre 2016 par rapport à la même période de l'année précédente, et (iii) une maîtrise globale de nos frais généraux. Adjusted EBITDA de 269,3 millions € au 4e trimestre 2016, soit une hausse en glissement annuel de 23% et de 4% sur une base remaniée.


• Les dépenses d’investissement à imputer(4) ont atteint 626,8 millions € en 2016 ; ce montant reflète (i) la comptabilisation des droits de retransmission du football belge et britannique, (ii) des investissements accrus dans le réseau dans le cadre de notre projet de mise à niveau du réseau HFC 1 GHz et du lancement de notre programme de mise à niveau du réseau mobile, et (iii) les effets de l’acquisition de BASE. Si l’on exclut les effets liés aux droits de retransmission du football, les dépenses d’investissement à imputer représentaient environ 22% des produits.


• La trésorerie nette provenant des activités d'exploitation, la trésorerie nette absorbée par les activités d'investissement et la trésorerie nette provenant des activités de financement ont atteint respectivement 749,1 millions €, 1.660,2 millions € et 733,0 millions €, se soldant par un Adjusted Free Cash Flow(5) de 265,8 millions € en 2016 (4e trimestre 2016 : 99,1 millions €).

• Effets réglementaires négatifs et pressions structurelles sur notre segment de la téléphonie mobile auront un impact sur nos revenus en 2017. Dans ce contexte, nous anticipons une croissance stable de nos revenus sur base remaniée et une croissance de notre Adjusted EBITDA(a) à mi-chiffre en 2017 sur base remaniée à cause des synergies par rapport à l'acquisition de BASE et la maîtrise de coûts. Les dépenses d'investissement à imputer seront aux alentours de 24% de nos revenus à cause du programme de renvoullement de réseau mobile qui sera finalisé vers mi-2018. Adjusted Free Cash Flow(b) solide entre €350.0 et €375.0 million pour l'exercice 2017.


• Le Conseil d'administration a approuvé un programme de rachat d'actions de 60,0 millions € pour la période de six mois prenant effet aujourd'hui.

John Porter, Chief Executive Officer de Telenet, commente comme suit les résultats publiés :
“2016, l’année du 20e anniversaire de notre société, fut une année passionnante au cours de laquelle nous avons jeté
les bases d'une croissance saine et rentable de nos activités dans le futur. En faisant l’acquisition en février 2016 de
l’opérateur mobile BASE, présent à l’échelle nationale, nous sommes passés du statut de loueur à celui de propriétaire
dans le segment mobile, ce qui nous assure sur le long terme un accès à moindre coût à des infrastructures mobiles.
Dans le cadre de l’acquisition, nous allons investir jusqu'à 250 millions € dans le réseau mobile ainsi acquis en vue de
mettre à niveau les 2.800 sites macro existants et les équiper des dernières technologies et de déployer dans le futur
800 à 1.000 sites mobiles supplémentaires. Fin 2016, nous avions mis à niveau un peu plus de 500 sites macro et
entamé le déploiement de 100 nouveaux sites. Ce faisant, notre programme d'amélioration du réseau et notre plan
de migration des clients sont sur les rails pour atteindre, d’ici 2020, 220 millions € de synergies annuelles. Fin janvier
2017, nous avions déjà migré près de 38.000 clients et nous prévoyons une accélération du rythme de migration dans
les deux prochains mois. En décembre 2016, nous sommes parvenus à un accord avec Altice en vue d’acquérir leurs
activités câble en Belgique et au Luxembourg. Cette acquisition, qui est en attente d'approbation par les autorités de
la concurrence, nous permettra d'étendre notre présence à Bruxelles tout en prenant pied dans certaines régions de
Wallonie et du Luxembourg.


En 2016, nous sommes restés leaders du marché sur le plan de l’innovation comme en témoigne le lancement en juin
de « WIGO », notre premier forfait convergent tout-en-un pour les familles et les entreprises. « WIGO » combine le
meilleur de nos packs ‘triple play’ et un certain nombre de cartes SIM de téléphonie mobile, dont le forfait de données
peut être partagé entre plusieurs membres d'une même famille ou entreprise. Fin 2016, nous comptions un peu plus
de 150.000 abonnés WIGO acquis en six mois à peine. Dans le domaine du divertissement premium, nous avons fourni
des efforts substantiels pour enrichir encore nos offres en rénovant récemment notre plate-forme VOD « Play More »,
ce qui inclut une révision de nos canaux de télévision payante linéaire, une nouvelle interface utilisateur et des fonctions
de recherche et de recommandation améliorées. En mai 2016, nous avons aussi commencé à diffuser notre première
série locale exclusive « Chaussée d'Amour », suivie depuis le début par de nombreux fans et qui est maintenant
disponible sur la chaîne commerciale en clair « VIER » dont nous sommes copropriétaires. Fin décembre 2016, environ
39% de nos clients en télévision premium étaient abonnés à des contenus premium supplémentaires, contre environ
36% un an auparavant, ce qui démontre qu’il reste un potentiel de croissance dans ce domaine. En dépit d'un
environnement hautement concurrentiel, notre activité mobile a affiché de bonnes performances avec un afflux net
de 134.600 abonnés en postpayé en 2016 et un taux de croissance extrapolé en hausse depuis le lancement de nos
offres « WIGO » en juin. Par rapport à fin 2015, le nombre total de nos abonnés mobiles a diminué de 6.900 unités par
suite de difficultés structurelles dans notre activité prépayée, notamment l’enregistrement obligatoire des cartes SIM
d’ici juin 2017.


Soucieux d’offrir une expérience client de grande qualité dans tous les domaines où nous sommes en contact avec le
client, nous avons relevé la barre pour le service à la clientèle en Belgique en lançant les visites proactives à la clientèle
dans le cadre du programme « Helemaal Mee Tournee ». Le but est que nos clients puissent profiter pleinement de
leur mode de vie numérique et tirer le maximum de leurs produits. Fin 2016, nous avions déjà visité plus de 250.000
ménages, ce qui nous permis d'améliorer notre taux de recommandation net. En parallèle, nous continuerons à investir
dans notre réseau fixe via notre programme d'investissement « Grote Netwerf » qui vise à offrir des vitesses de
téléchargement d’au moins 1 Gbps dans un avenir proche. Fin 2016, nous avions mis à niveau environ 36% des
dans notre réseau, si bien que nous sommes en bonne voie pour mener à bien cette mise à niveau d’ici mi-2019. La
mise en liaison de nos grands réseaux fixes et mobiles permettra aux clients de profiter d'une connexion ininterrompue
et de grande qualité aussi bien à la maison qu’au travail ou en déplacement.


En ce qui concerne nos résultats financiers, je constate avec plaisir que nous avons dépassé nos prévisions pour 2016.
Sur une base remaniée, nous avons réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 3% sur l’année 2016, à 2.429 millions €,
alors que le pronostic était de 2%. Cette progression est attribuable avant tout à une solide croissance oscillant autour
de 5% pour notre activité câble grâce à une augmentation de 4% des revenus d'abonnement au câble, contrebalancée
en partie par une pression constante sur l’activité mobile que nous avons acquise. Notre bénéfice net pour l’exercice
2016 a atteint 42 millions €, soit une baisse de 76% par rapport à l’exercice précédent. Ce résultat est entre autres lié
à l’augmentation de l’Adjusted EBITDA ajusté et a été influencé négativement par une perte pour extinction de dette
de 46 millions € suite à des refinancements volontaires en 2016 et par une réduction de valeur de 31 millions € sur un
investissement dans une entité mise en équivalence. L'Adjusted EBITDA pour l’exercice 2016 a atteint 1.117 millions
€, soit une hausse de 3% sur une base remaniée par rapport à l’exercice précédent, alors que nous avions prévu un
chiffre stable. La croissance de l’Adjusted EBITDA a été soutenue principalement par (i) des synergies poussées suite à l'acquisition de BASE, (ii) une diminution des coûts d'intégration et de transformation au 4e trimestre 2016 par rapport
à la même période de l'année précédente, et (iii) une maîtrise globale de nos frais généraux. Si l’on fait abstraction de
la comptabilisation des droits de retransmission du football belge et britannique, nos dépenses d'investissement à
imputer représentaient environ 22% de nos produits. Ce pourcentage reflète l’impact de l'augmentation des
investissements liés au réseau, comme indiqué précédemment. Enfin, la trésorerie nette provenant des activités
d'exploitation, la trésorerie nette absorbée par les activités d'investissement et la trésorerie nette provenant des
activités de financement ont atteint respectivement 749 millions €, 1,660 millions € et 733 millions €, se soldant par
un Adjusted Free Cash Flow de 266 millions € en 2016.


À la lumière de tout ce qui précède, j’ai la conviction que Telenet est bien positionnée pour l'avenir. Pour 2017, nos
revenus seront impactés par des impacts réglementaires négatifs et des pressions structurelles sur notre segment de
la téléphonie mobile prepaid. Ceci sera absorbé par une croissance solide dans nos activités comme la connectivité,
l'entertainment et le segment B2B. Ainsi, la croissance de nos revenus sera stable en 2017 sur base remaniée. Malgré
cela, nous prévoyons une croissance de l'Adjusted EBITDA(a) pour l'exercice 2017 à mi-chiffre grâce à (i) des synergies
provenant de l'acquisition de BASE, principalement dans le domaine des économies liées au MVNO, (ii) une réduction
des coûts d'intégration par rapport à l'année précédente et (iii) un contrôle strict des coûts avec les efforts que nous
avons commencé à fournir pour resserrer la gestion de nos dépenses externes. Ce faisant, je pense que nous sommes
sur les rails pour atteindre notre croissance annuelle composée (CAGR) de l’Adjusted EBITDA(a) de 5-7% sur la période
2015-2018. Du côté des investissements, nous prévoyons des dépenses d’investissement à imputer (hors droits de
retransmission du football) représentant environ 24% de nos produits, un pourcentage qui s’explique par une hausse
temporaire des investissements dans notre réseau mobile qui seront terminés vers mi-2018. Enfin, nous prévoyons une
solide croissance de l'Adjusted Free Cash Flow(b) à 350-375 millions €, générée par une baisse des charges d'intérêt
en espèces suite au refinancement de novembre 2016 et une hausse de la contribution de notre plate-forme de
financement fournisseur, ceci étant en partie contrebalancé par une augmentation des impôts en espèces.


Fin décembre 2016, notre ratio de dette nette s’établissait à 3,5x. Nous nous attendons à ce qu'il monte à 3,7x après
l’acquisition de SFR BeLux (en attente de l’approbation des autorités). Ce ratio de dette nette pro forma tel que nous
le prévoyons se situe dans les limites fixées à moyen terme par le Conseil d'administration et nous assure une flexibilité
de financement suffisante pour des projets potentiels générateurs de croissance future et/ou des fusions/acquisitions
créatrices de valeur conformes à notre Vision 2020, communiquée précédemment. Pour 2017, le Conseil a approuvé
un programme de rachat d'actions de 60 millions € qui prend effet aujourd'hui et qui s'étendra sur une période de six
mois. Ce programme sera utilisé pour couvrir les obligations de la Société dans le cadre des plans d'options sur actions
en cours."